[Guide d’achat] Choisir sa platine vinyle : part 1

Même à l’ère du tout numérique, la platine vinyle continue de séduire mélomanes et audiophiles. Objet de désir et référence musicale pour certains, madeleine de Proust pour d’autres, les constructeurs n’ont eu de cesse d’innover et d’optimiser toujours plus la platine vinyle pour la faire figurer au rang d’indispensable de tous les systèmes Hi-Fi modernes.

Pour vous accompagner dans votre choix, RetroFutur vous propose un guide d’achat complet en plusieurs parties, l’occasion de (re)découvrir la galette sous tous ses angles.

Histoire de la platine vinyle

Véritable dinosaure de la Hi-Fi, la platine vinyle vie une véritable renaissance depuis le début des années 2000. Remastering, sortie directe sur micro-sillon ou même double édition numérique/vinyle, la galette noire continue de grignoter des parts sur le marché des ventes de disques.

Que vous soyez néophyte, curieux ou tout simplement en quête d’une platine vinyle pour votre système, RetroFutur vous conseille dans votre choix.

Mais comment ça marche le vinyle ?

Contrairement au CD, lui aussi disponible en support physique, le vinyle est un support 100% analogique, certainement plus organique et plus adapté à notre oreille. Si ce dernier ne nécessite pas de convertisseur numérique vers analogique (DAC), un pré-ampli Phono sera par contre indispensable, mais pas de panique nous reviendrons sur ce point.

Concrètement, sur un disque vinyle, chaque face est parcourue par un long sillon continu, finement gravé, véritable autoroute de l’information. Le long de ce sillon, le diamant de la cellule Hi-Fi va se frotter à de microscopiques aspérités et produire… de la musique.

Deux formats principaux coexistent :

  • le LP ou 33 tours de 30cm, pouvant contenir un album entier sur ses deux faces
  • le 45 tours de 17,5cm, principalement utilisé pour des singles ou maxis (parfois édités au format 33 tours)

Un format plus ancien existe, le 78 tours, mais ce dernier a quasiment disparu, remplacé par le 33 tours, offrant des améliorations sur quasiment tous les points : moins de bruits de fond, plus résistant, durée d’écoute supérieure (environ 25 min par face) et surtout de meilleures performances sonores (au niveau de la dynamique, bande passante et distorsion).

Le sillon est aussi appelé spiral d’archimède, et mesure plusieurs centaines de mètres !

Si le terme vinyle est entré dans le langage courant, ces disques noirs sont composés principalement de polymères, qui les rendent rigides et solides. Mais attention à la manipulation, ils est important de ne pas laisser de traces de doigts dessus, ni de les choquer, car toute rayure importante pourrait vite gâcher l’expérience d’écoute…

Comment choisir sa platine vinyle ?

Que vous soyez néophyte ou curieux, nous allons tenter de répondre à cette épineuse question : comment choisir sa platine vinyle ?

En fonction de votre usage, de votre système actuel et de votre budget, de nombreux modèles pourront vous correspondre mais un seul vous convenir. Nous vous recommandons d’ailleurs de nous contacter et/ou de vous rendre en magasin pour bénéficier de conseils plus personnels.

Entraînement direct ou courroie

Pour entraîner le plateau, support du vinyle, deux types d’entraînements co-existent.

Présent sur la mythique Technics SL1200 et inventé par Technics en 1969, l’entraînement direct place le moteur au centre de la platine vinyle, ce dernier étant solidaire du bras pivot et donc du plateau rotatif. Très précis et véritable signature de la marque japonaise, il fut rapidement popularisé par les DJs pour sa robustesse et sa fiabilité. Outre le plaisir de ne pas changer de courroie, ce type de platine permet souvent de faire varier la vitesse de lecture via un pitch, et basculer de 33 à 45 tours par l’action d’un switch, exception faîte de la LP5 d’Audio-Technica.

Que votre platine soit à entraînement direct ou à courroie, la vraie différence se fera au niveau du moteur.

L’entraînement par courroie utilise quant à lui un moteur découplé et une courroie reliant le plateau ou le sous-plateau. Plébiscité par les audiophiles, ce système permet de limiter les vibrations du moteur transmises au plateau en le plaçant le plus loin possible de la tête de lecture. Dans la grande majorité des cas, le passage du 33 au 45 tours nécessitera simplement de décaler la courroie sur la poulie d’entraînement comme sur la Pro-Ject Debut Carbon. Simple mais très efficace ! Toutes les platines de la marque Pro-Ject et Rega utilisent d’ailleurs ce système d’entraînement.

Il est important de noter qu’aucun type d’entraînement n’est supérieur à l’autre, cela dépend surtout de la qualité de fabrication de la platine vinyle et du sérieux de son constructeur.

Platine vinyle manuelle ou automatique

Là encore, on peut distinguer deux types de platines, les manuelles et les automatiques. Tout se joue sur le bras et le plateau.

Sur une platine manuelle, l’utilisateur devra effectuer lui-même toutes les opérations permettant la lecture : allumer le moteur pour activer la rotation du plateau, lever (délicatement) le bras de lecture, positionner le diamant sur la piste désirée et lever à nouveau le bras en fin de lecture. On peut dire que 90% des platines actuelles sont purement manuelles, que ce soit chez Pro-Ject, Rega ou même Technics, quelque soit le modèle ou le tarif.

La platine manuelle est clairement la plus répandue sur le marché.

Sur une platine automatique, il suffit simplement de poser le vinyle et d’allumer cette dernière. Un bouton Start permettra au bras de lecture de se poser automatiquement sur la première piste et reviendra se ranger en fin de lecture, une jolie prouesse ! Ce type de platine vinyle reste relativement rare et moins évolutif mais permet une lecture totalement décomplexée, et simple d’utilisation. L’Audio-Technica LP3 est sans aucun doute l’un des modèles phare de cette catégorie.

Entre les deux, on trouve aussi des platines semi-automatiques, parfait mix entre le manuel et l’automatique. Le bras reviendra automatiquement à sa position initiale en fin de lecture, mais il faudra le placer soi-même pour lancer la lecture du vinyle.

Cellule MM ou MC

Suspendu à l’extrémité du bras, la cellule a la lourde tâche de faire l’interaction entre le vinyle et la platine. C’est ici que la magie opère et que le son se crée ou plutôt se transforme… Le diamant (ou stylus) se déplaçant rapidement dans le sillon va traduire ces vibrations en signal électrique que la cellule va ensuite traiter. C’est le véritable point de départ de la musique !

Deux types de cellules co-existent : MM pour Moving Magnet (Aimant-Mobile) et MC pour Moving Coil (Bobine-Mobile).

Les cellules MM sont les plus courantes et se retrouvent sur quasiment toutes les platines modernes. Simples a produire, robustes et assez sensibles, elles constituent le choix idéal dans la très grande majorité des cas. En règle général le signal de sortie se situera entre 4 et 8mV, ce qui permet de les mettre en oeuvre facilement, avec un pré-ampli phono MM. Petit plus ? Ces cellules sont équipés de diamants interchangeables, qui pourront être changés facilement. Nagaoka et Audio-Technica proposent notamment une gamme complète de cellules Made in Japan.

Attention, les cellules MC doivent être entièrement remplacées en cas de panne !

Les cellules MC, plus haut de gamme, se font plus rares. La technologie Moving Coil est plus compliqué à mettre en œuvre, donc plus cher à produire, ce qui les destinent à une clientèle bien précise. Autre spécificité, le diamant n’est pas amovible, il faudra donc changer totalement la cellule (ou le faire changer en atelier). De plus, le niveau de sortie étant de l’ordre de 1mV, elles exigent un pré-ampli phono adapté.

Une installation Platine+Ampli+enceintes sur les nouveaux meubles Kann.

Si la finesse de restitution et la richesse des timbres de ces cellules restent généralement supérieures à bon nombre de cellules MM, il est important de souligner que les meilleures cellules à aimant mobile sonnent aussi bien que les bobines mobiles sur le marché des cellules très haut de gamme.

Le couple bras / cellule

L’association bras / cellule ne doit pas être négligée, c’est elle qui assure (en grande partie) la musicalité de la platine. Même la meilleure des cellules, montée sur le mauvais bras ne sera pas mémorable, voir décevante. En revanche, une cellule sans prétention, comme l’AT95 pourra se révéler redoutable sur un bras plutôt classique.

La souplesse de la cellule, appelée compliance, doit également s’accorder avec la masse du bras. Un bras lourd nécessitera une cellule à la suspension raide, un bras léger sera quant à lui idéal avec une cellule plus souple.

Le principal élément susceptible d’être remplacé sera la cellule, seul élément en contact direct avec le vinyle via son stylus, qui devra souvent être changé après 700-800 heures d’écoutes. Il est aussi possible de remplacer la cellule afin d’améliorer les performances de votre platine, la montée en gamme ne nécessitant que quelques coup de tournevis (et parfois un nouveau porte-cellule). Il faudra cependant assurer un réglage fin et précis de votre cellule sur le bras (possibilité de le réaliser en boutique).

Le bras, dans sa forme et son matériau peut être un critère déterminant dans les performances de votre platine, colorant plus ou moins le son. Qu’il soit en carbone ou en aluminium, droit, coudé ou en S, dans des matériaux plus ou moins léger, donc plus ou moins neutre dans la restitution sonore, le rendu ne sera pas le même. Le but sera de le choisir selon votre matériel, votre platine et surtout la cellule montée dessus.

Phono externe ou intégré

Si vous ignorez encore ce qu’est un pré-ampli phono, nous vous recommandons de lire attentivement les lignes qui vont suivre.

Pour les plus néophytes, rappelons simplement qu’il est impossible d’exploiter sa platine vinyle sans cet indispensable. En effet, si la platine vinyle est reliée directement à l’ampli, sans phono, le signal sera tout simplement trop faible et inaudible.

Trois solutions se présentent donc à vous :

– le préampli phono externe
– le préampli phono intégré à la platine
– le préampli phono intégré à votre ampli hifi/home-cinema

Le Black Cube de Lehmann audio est l’un des meilleurs pré-ampli phono disponible actuellement.

La très grande majorité des platines vinyles est livrée sans pré-ampli phono, le signal en sortie nécessitant l’application d’une correction RIAA (initiales de Recording Industry Association of America) qui égalise les différentes fréquences et rehausse le niveau du signal, afin qu’il soit suffisamment élevé pour être exploité par l’amplificateur.

Il est à noter qu’une sortie phono se reconnaît aisément sur une platine vinyle à sa prise terre ou GND (permettant d’éliminer les parasites) jouxtant les classiques RCA. Ce câble spécial composé de trois branches Gauche/Droite/Masse sera nécessaire pour brancher votre platine à l’entrée Phono de votre système. De nombreux amplis disposent en effet d’office de cette entrée spécifiquement libellé « Phono ».

Ne négligez jamais le choix du couple platine/phono, en cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter.

Pour les appareils n’offrant pas cette possibilité, un pré-ampli phono externe sera nécessaire.

L’entrée phono sur l’ampli Technics.

Les constructeurs modernes ont cependant trouvé une parade très intéressante en intégrant directement le pré-ampli phono aux platines. Dans ce cas précis, plus besoin de prévoir un ampli avec une entrée phono ou un pré-ampli externe, vous branchez directement votre platine à l’entrée jack ou RCA de votre amplificateur ou enceinte amplifiée.

On pense tout de suite à Pro-Ject, passé maître en la matière, avec notamment l’Essential III Phono ou l‘Essential III Record Master. 

Pour aller plus loin

Comme vous avez pu le voir, le choix d’une platine vinyle implique de nombreux facteurs, que ce soit le choix de l’entrainement, le pré-ampli phono, jusqu’au choix de la cellule.

Si cette première partie aborde le vinyle dans sa globalité, nous vous proposerons notamment d’approfondir le sujet des cellules pour platines. Elliptiques, MM/MC, compliance, tous ces termes seront décryptés donc restez à l’écoute !

Découvrez notre collection de vinyle en magasin.

Dans notre prochaine article, nous verrons comment intégrer la platine vinyle à son système hifi, ainsi que les accessoires indispensables à son entretien.

Encore une fois, si ce guide d’achat platine vinyle offre une première approche, il ne remplacera pas l’écoute réelle et la « prise en main » avec un spécialiste. N’hésitez donc pas à nous contacter ou vous rendre directement au magasin pour découvrir, en vrai, la ou les platines de vos rêves.

www.retrofutur.fr

 

 

Ce contenu a été publié dans Présent, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.